La Paz, sobre la lluvia

Publié le par melanie joly

025.LaPaz 

Premières nuit et matinée à La Paz, parfaitement déprimantes. En gros, je débarque avec un collectivo qui me jette au cimetière.
Je n’ai absolument aucune idée de l’endroit où je me trouve, il pleut, il fait nuit,
j’ai 27 kilos sur le dos et les bras, et ça grouille
de monde… Je trouve l’hôtel le plus moche de la ville
(vivement conseillé par mon guide ; décidément, je n’aime pas du tout
ce §¿*/$·=! de Guide du Routard.



026.LaPaz

L’après-midi heureusement, et sans raison précise, tout va mieux. Je visite le musée d’Art Contemporain, que possède un riche
médecin Bolivien amateur d’art. Je discute un bon moment avec le guide et j’apprécie grandement les œuvres de Boliviens,
Américains, Équatoriens, etc. exposées sur 3 étages de manière farfelue. Et je change d’hôtel…



027.LaPaz

Le soir, rendez-vous manqué avec un contact Bolivien. Je me balade sur la Plaza San Francisco, lieu de rencontre essentiel
à La Paz, où se trouve un marché aux fleurs. Je discute avec Félix, un cireur
de chaussures qui m’avoue être étudiant et ne pas
vouloir être reconnu par ses pairs. Voilà pourquoi
il porte, comme tous les autres, un passe-montagne qui le rend méconnaissable.



028.LaPaz

Finalement, je croise par hasard les 2 Belges rencontrées sur la Isla del Sol. Je les accompagne une partie de la nuit et nous
arpentons ensemble le quartier touristique de la calle Saganarga.



029.LaPaz

Le lendemain, départ tôt le matin, pour affronter la fameuse Bajada de la Muerte. Bon, une fois de plus, mon van m’oublie,
mais je le retrouve facilement. J’ai l’habitude maintenant…



030.LaPaz

Voilà mon groupe : du Français, du Belge, de l’Australienne, du Néo-Zélandais et de la Hollandaise…



031.LaPaz

On démarre sous la flotte ; au bout d’une heure on est trempés, un peu soûlés of course, mais quelques centaines de mètres
plus bas, le soleil et les paysages grandioses nous attendent…



032.LaPaz

On suit à la lettre les instructions de nos deux guides. Il faut bien avouer que tout est parfaitement orchestré, y compris
les haltes-poses photos. Celle-ci, par exemple, j’y aurais pas pensé toute seule !

 

033.LaPaz
On descend pendant 4h et on atterrit dans un hôtel avec piscine. À l’issue du ride, on reçoit un CD avec toutes les images
de la journée et un tee-shirt estampillé «I survived to Death Road».


034.LaPaz
 

Pendant des années, de nombreux véhicules se retrouvaient dans le ravin. Mais cette appellation n’a plus lieu d’être depuis
qu’une route alternative a été tracée pour les bus et voitures. Pffffff…



035.LaPaz

Le soir, je rencontre quelques extrêmes au bar de mon hostal : Jack, Texan amateur d’armes (il me montre fièrement sa carte
de membre de la NRA) et ancien GI ayant servi en Irak. Je le fuis… Paco, Espagnol et
bar-trender, en voyage depuis 2 ans,
volontaire dans de nombreuses organisations sociales sur le continent.
Tilo, Colombien black et gothique avec lequel je bois quelques bières. Malheureusement, il est quasi-autiste, c’est difficile de soutenir une conversation toute seule.


036.LaPaz

Au-dessus, la vue, de nuit et de jour, depuis le bar-terrasse de ma guest, perchée sur une balançoire… Pas mal, non ?!



037.LaPaz

La journée du lendemain, je me balade un peu dans La Paz, admire l’inclinaison des rues et les montagnes alentour, me réfugie
dans des bars dès que les premières gouttes de pluie s’annoncent…



038.LaPaz

Et je tombe sur le Mercado de las Brujas - Marché aux Sorcières -, où l’on peut acheter moult plantes médicinales, huiles essentielles
et… fœtus de lama (qu’il convient d’enterrer dans son jardin, en hommage
à la Pacha Mama - Terre Mère). Je m’abstiens.



039.LaPaz
Le soir, je vais boire un verre au bar de mon hôtel. On a droit à une bière gratis par soir, j’en profite !
Il est question que je retrouve
une Bolivienne qui doit me montrer comment on fait la fête ici.



040.LaPaz

Seul hic : je m’évanouis lorsque je tente de me lever de mon siège, emportant dans ma chute un plat d’eau bouillante. Tout
le
monde se tait, et Teddy, Anglais en voyage depuis plus de 3 ans, vient à mon secours. Je passe ma soirée à attendre que mes
vêtements sèchent (il m’a aspergée d’eau froide pour
éviter les brûlures), en discutant avec Julien, Français installé à Buenos-Aires
depuis 2 ans et demi.
Et finalement, ce n'était qu'une bête chute de tension !



041.LaPaz

Le lendemain, re-discussion avec Paco, communiste patenté qui a une théorie intéressante sur l’expansion de la population
mondiale : il pense que les multinationales nous encouragent à nous reproduire,
dans le seul but de nous faire consommer…
Lina, jeune Suédoise - travailleuse sociale elle aussi -, qui attend ses bagages à La Paz depuis 3 jours, égarés lors de son voyage
depuis Copenhague, est avec nous. Nous
irons nous promener toute la journée dans la ville.



042.LaPaz

Le soir, rencontre de Manuel et Pedro, Argentins originaires de Cordoba. On boit un certain nombre de bières et devisons
une bonne partie de la nuit. C’est l’occasion pour moi d’apprendre que, sur le continent,
la 2ème personne du pluriel n’existe pas,
instructif ! Et je sais également commander une carafe
de blonde pression…



043.LaPaz
Lundi, dernière journée à La Paz, entre la pluie et le soleil. Je me casse le nez aux musées, tous fermés…



044.LaPaz
Je pars donc admirer la vue depuis le mirador Killi Killi, au bout d’un quartier plutôt tristoune.



045.LaPaz

Je me fond dans la masse - impressionnante - des vendeurs, vacanciers, étudiants, cireurs, policiers… qui peuplent les rues
à n’importe quelle heure du jour et de la nuit.


 

046.LaPaz

Et tombe sur une cérémonie militaro-fanfaresque, honorant je ne sais quelle personne importante, arrivée dans une voiture
aux vitres teintées. Le soir, je grimpe dans un bus qui m’emmène à Sucre,
capitale culturelle Bolivienne.



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

coralie 21/01/2010 12:00


Salut poulette, c'est trop cool ton voyage.
Tu y es pour combien de temps?
Je t'embrasse fort
Coco


david 21/01/2010 11:53


jaloux et impatient de reprendre mon sac pour t'emboiter le pas! j'ai découvert ton site par le biais de celui d'Hélo avec qui j'ai passé 3 semaines en NZ. Blessé suite à une chute près d'Huaraz,
j'ai été rapatrié fin décembre et j'essaie de garder la tête en Amérique du Sud grâce à des sites comme le tien. Merci!
bonne continuation et au plaisir de te croiser sur la route
Enjoy


lolo 21/01/2010 11:10


Alors moi pas du tout aux taquets des commentaires, mais j'apprécie ton blog et je suis tes aventures de près et je serai contente quand tu nous raconteras tout ça de vive voix.En attendant enjoy
toujours à donf.Je note que partout où tu vas , tu t'arranges toujours pour trouver une escapade à vélo....Big bisous. Lolo


carole 20/01/2010 18:22


Toujours là aux taquets pour te féliciter !
J'aime beaucoup les deux photos de groupe et la dernière qui clôt ton reportage - des vrais soldats de plomb -
Et maintenant , on attend la suite à Sucre......
Bisous