Chugchilan

Publié le par melanie joly


Autant les passagers du truck avec lesquels nous faisons le chemin depuis Quilotoa nous snobent, autant ces élèves de l'école maternelle d'un village où notre chauffeur nous fait patienter 30 bonnes minutes se réjouissent de notre halte. Nous échangerons de nombreux "olà" et quelques poignées de main.



Comparé à Quilotoa, Chugchilan est un village charmant, très animé, offrant de multiples rencontres. Nous passons une première nuit au Cloud Forest Hostel, sorte de motel/ranch construit en «L» autour d’une courette. Gérant de l’hôtel très accueillant, chambre spartiate mais avec eau chaude, salle-à-manger morbide et nourriture franchement sans intérêt…



Le lendemain matin, nous partons nous aventurer dans la région, pour une petite randonnée. Là encore, nous sommes impressionnés par la beauté des paysages, le nombre de volcans qui nous entourent, l’immensité des lieux…



Après 2h de marche, dont quelques minutes en descente à pic, nous avisons une terrasse en contrebas. Nous demandons à la gérante américaine, Sarah, si nous pouvons nous y installer, le temps d’un café. Impossible, nous répond-elle, juste pour les guests.



Elle nous fait malgré tout faire la visite du propriétaire : toilettes au compost (juste au-dessus, la vue depuis les toilettes) ; grande salle de yoga, toute en bois et verrière qui donne sur l’énorme terrasse surplombant la vallée, petite terrasse avec sa tyrolienne, accessible par un pont suspendu…



En quelques minutes, nous sommes conquis. Reste à discuter entre nous du luxe que nous nous accordons ou non. 32,50 $ la nuit, avec le petit-déjeuner, le déjeuner et le dîner… L’affaire est entendue, nous allons récupérer nos sacs dans l’autre hôtel et revenons au pas de course, histoire de profiter au maximum de l’endroit.


L’après-midi, nous partons nous balader vers Itualo, en longeant un canyon. Nous rencontrons Miguel, charpentier du village. Nous décidons de descendre à la fête du village que nous apercevons en bas de la vallée. Mais après 15 mn à courir pour avoir le temps de rentrer avant la nuit, nous réalisons que nous ne serons jamais dans les temps. Miguel, lui, serait descendu avec ses mocassins en 5 mn, sur le chemin qu’on aurait mis 30 mn à parcourir, chaussés de nos crampons. Il rigole beaucoup lorsqu’on remonte, soufflant comme des ânes alors qu’il nous fait tranquillement la conversation !



Pour terminer royalement cette journée, Charles teste la tyrolienne.




Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Carole 24/11/2009 20:41


on sent la pro ! Bravo Mélanie pour le luxe de détails et les commentaires mélanisiens . On aime !


Nini & Louise 24/11/2009 20:18


Coucou mémé !
Tes photos font rire Louise et rêver sa maman... Ca donne trop envie.
Profite bien ma poulette.
Muchos besitos
Nini & Louise


juju 23/11/2009 11:35


Ca fait rêver !!! Merci
Est-ce que tu as essayé ta super pause sur la tyrolienne?
Bises