Beirut, part(y) 2

Publié le par melanie joly

007Beirut

Notre soirée de vendredi nous a menées assez tard dans la nuit.On se réveille donc fraîchement en fin de matinée samedi. Pas de programme très défini : on veut continuer d’explorer la ville à pied pour bien s’imprégner des odeurs, des coutumes, du rythme… La capitale est divisée en quartiers assez petits mais plutôt éloignés les uns des autres. La veille, on est passées de Beyrouth-Est à Beyrouth-Ouest via Downtown. On y a vu les stigmates de la guerre : de nombreuses façades criblées d’impacts de balles et d’obus. Beyrouth est aujourd’hui en pleine reconstruction, mêlant plus ou moins harmonieusement les influences orientales, coloniales et hyper-modernes. Les buildings de très haut standing poussent comme des champignons, alors que les sublimes villas de l’époque du protectorat français (achevé en 1946) sont laissées à l’abandon…

 

 

013Beirut

D’ailleurs, ce samedi, nous partons à la recherche d’un musée d’art contemporain Sursock, dans la rue du même nom, juste derrière chez nous. Mais, comme vous pouvez le voir sur la photo, ben il est en travaux… On aurait dû s’en douter, vu le chantier à ciel ouvert qu’est Beyrouth. Pas grave, on ne se démonte pas et on part à la recherche d’un autre bâtiment historique au bout de la rue, indiqué par un gentil piéton.

 

 

009Beirut

On s’arrête donc devant à peu près toutes les demeures coloniales de la rue, puisqu’elles ont toutes un air solennel, quoique légèrement décrêpi, et on s’adresse au service d’ordre qui engloutit un kebab sur le trottoir. Il nous invite à passer le portail et nous prie de ne pas pénétrer dans le jardin. Il s’avère tout compte fait qu’on débarque au milieu d’un déjeuner de baptême, qui ressemble à un mariage en grande pompe. On repart fissa après un tour du propriétaire et une conversation succinte avec le régisseur…

 

 

017Beirut

On continue notre escapade dans la rue Monot, un peu de lèche-vitrine, papotage avec de jeunes Libanais qui nous indiquent des bons spots à soirées, posage dans un bar de Saïfi Village - Downtown - quartier qui, décidement, ne remporte pas notre adhésion… Bien trop clinquant à notre goût. Plus tard, on tombe sur Roland qui entreprend de nous présenter, un à un, tous les hauts dignitaires du coin (l’épicier, également chef du quartier ; le proprio du bar à jus qu’on se promet d’aller visiter tous les matins ; le voisin, envieux du succès de Roland auprès de la gente féminine…).

 

016Beirut

On fait un détour par la Grande Mosquée histoire de visiter un monument dans la journée… Invitée à pénétrer dans la salle principale par une jeune touriste asiatique, on réalise très vite qu’on a commis un crime de lèse-mâle. C’est l’heure de la prière, on doit faire une entrée beaucoup plus discrète. Il faut rester avec les femmes, sur une mezzanine surplombant le prêcheur et ses ouailles.

 

015Beirut

Ce qui nous donne l’occasion de discuter avec une jeune Saoudienne en vacances, qui a manifestement très envie de communiquer, de prendre des photos, et de nous laisser bercer par un flot de paroles dont le sens premier nous échappe… Nous sommes à deux doigts d’avoir la foi. Sur ce, il est temps de rentrer et de préparer notre deuxième grosse nuit beyrouthine.

 

003Beirut

Au programme : apéro avec Chokri et une amie à lui, Florence, ici depuis 5 ans pour s’occuper d’un enfant autiste, fils d’une famille très bourgeoise de la ville. Elle nous raconte qu’ils occupent un appartement de 1 600 m2, qu’ils passent régulièrement des vacances à Juan-les-Pins ou Dubaï et que le père possède des parts dans des centres commerciaux américains, dans des sociétés européennes ou encore dans le pétrole…

 

018Beirut

David, présent en début de soirée, nous laisse en compagnie d’un de ses collègues-amis, Fred, et nous partons tous les cinq dans les bars et boîtes homos de la ville. Naïvement, je trouve le lieu incroyablement gay-friendly et tolérant, jusqu’à ce qu’on nous interdise de prendre la moindre photo en boîte de nuit. Car l’homosexualité est interdite ici, et passible de prison.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sofcardu 16/04/2010 09:32


A vite en vrai pour encore plus de choses à raconter!!
Bisous!